Les outils de la sécurité Soissonnaise

Vidéoprotection, armement ... Depuis 2014, des investissements importants ont été réalisés pour équiper les agents de police municipale avec des outils performants

La vidéoprotection :

Tous les quartiers de la ville bénéficient de la vidéo-protection. Au total, 41 caméras sont déployées sur l’ensemble du territoire municipal.

Ces caméras, de dernière technologie, participent activement à la réduction du sentiment d'insécurité, à lutter contre les atteintes aux biens et aux personnes, à dissuader le délinquant de passer à l'acte et à protéger les bâtiments communaux et autres commerces et entreprises.

 

Cet outil est mis à la disposition des forces de l'ordre (PM, PN) guide leurs interventions sur le terrain, facilite les enquêtes et l'élucidation des délits.

 

Ce réseau de vidéo répond à un encadrement réglementaire strict dont le déploiement et la localisation ont été travaillés en concertation avec un référent sûreté de la Police Nationale.

La municipalité souhaite poursuivre l'extension de son système de vidéo-protection en une vidéo-tranquillité publique avec l'installation dans les nouveaux locaux situés avenue de Reims : de la police municipale et du centre de supervision urbain.

Les archives ne sont visionnées que par des personnes habilitées et sur demande d’un officier de police judiciaire. L’enregistrement des images est automatiquement détruit après 15 jours.

A terme, des agents seront dédiés derrière les écrans des caméras pour guider les équipes sur le terrain, faire remonter les difficultés sur la voirie et agir sur les flux de circulation (ex: vidéo-verbalisation).

 

Armement des agents :

Le Maire souhaite donner à ceux qui assurent la protection des Soissonnais au quotidien, les moyens de travailler eux-mêmes en toute sécurité. L'armement demeure un moyen de protection et de défense du policier municipale qui permet une véritable capacité d'intervention face à d'éventuelles menaces au cours de leurs missions.

 

C'est en conventionnant gratuitement et à titre expérimental que les policiers municipaux seront dotés d'une arme de poing avec des conditions juridiques très strictes (autorisations de la préfecture, conditions médicales, formation-test et entraînements...).

 

Là encore cette évolution témoigne de l’importance d’adapter les réponses aux nouvelles menaces. 

Une Brigade Motocycliste

A la suite du décès du directeur G.LASALA et du déménagement l'école des gardes à cheval de Cuffies Soissons, la ville de Soissons a dû arrêter sa brigade équestre et réadapter le service de la police municipale.

En 2018, la police municipale se voit doter d'une brigade motorisée avec deuxagents désormais affectés à cette dernière.Cette création de nouvelle brigade au service des soissonnais vient en remplacement de l'équestre, et intervient en concertation et en complémentarité avec la police nationale.

Deux policiers municipaux assurent des rondes et patrouilles sur deux motos Yamaha 750 sérigraphiés avec quatre missions prioritaires:

  • lutter contre l'insécurité routière (vitesse, alcool) et les chauffards dans Soissons
  • renforcer les équipes sur le terrain par ce moyen rapide et passe partout
  • contrôle des deux roues non homologués par le biais d'un banc d'essai dit "curvomètre"
  • assurer des actions de prévention routière au sein notamment des établissements scolaires

Cela démontre la volonté d'Alain CREMONT, de continuer à faire de Soissons une ville apaisée, parce que la prévention-sécurité est un droit fondamental du bien vivre ensemble et demeure une priorité pour notre municipalité.

Sécurité Routière : Curvomètre

La ville de Soissons a équipé la police municipale d'un banc d'essai dit "curvomètre" pour lutter contre les conduites dangereuses des deux roues.

Cet appareil transportable par les patrouilles de police permet d'apprécier le niveau de transformation d'un cyclomoteur. La vitesse affichée informe les policiers sur le débridage d'un scooter et de son niveau d'irrégularité.

De 51 à 60km/h, c'est tolérable. Au délà des 60km/h, l'infraction est de classe 4 à 90e avec immobilisation-fourrière prévue.

Ce dispositif servira également pour effectuer des actions préventives notamment dans les établissements scolaires pour sensibiliser l'utilisateur d'un deux roues de l'irrégularité de son engin et des dangers encourus.

Informations annexes au site