Théâtre Romain

Les fouilles archéologiques le confirment régulièrement. Soissons fut une cité importante à l’époque gallo-romaine. Tombé dans l’oubli, son théâtre pouvait accueillir plus de 20 000 personnes.

Au milieu du XIXe siècle, des fouilles archéologiques sont menées par le directeur du séminaire et ses élèves. On s’interroge face aux vestiges exhumés. Les supputations vont bon train. Le président de la Société archéologique de l’époque, Jules Leclercq De Laprairie, publie en 1848 un rapport détaillé des fouilles réalisées. On avait tout bonnement oublié que Soissons a eu dans l’Antiquité, un théâtre antique parmi les plus vastes de la Gaule.

Cité d’importance

Construit sous la dynastie des Antonins dans le courant du IIe siècle, le théâtre antique est adossé à la colline Saint-Jean. Le bâtiment de scène, imposant, affichait une longueur de 144 mètres pour une profondeur de 15 mètres. Ces proportions faisaient du théâtre de Soissons l’un des plus vastes de la Gaule : on estime qu’il pouvait accueillir 20 000 visiteurs. 

Le chiffre peut étonner : Augusta Suessionuim était une cité d’importance, tant sur le plan politique qu’administratif, avec la présence de 5 à 6000 légionnaires à demeure. 

 

 

Tombé dans l’oubli

Mais après le temps de la paix romaine, de la stabilité et des sociabilités, est venu à la fin du IIIe siècle celui des invasions barbares. 

La ville, étendue sur 100 à 130 hectares, va se réfugier, comme toutes les villes de Gaule derrière une enceinte précipitamment mise en œuvre. Sa superficie se réduit à 13 hectares. 

Soudainement, le théâtre antique se retrouve hors de la ville. Il faut trouver rapidement des matériaux afin de dresser les remparts. Le théâtre antique, dans ce contexte, sert opportunément de carrière de pierre à ciel ouvert. 

Et peu à peu, le site tombe dans l’oubli. Au XIIIe siècle, le terrain, alors propriété de l’évêque, accueille des vignes. Le souvenir s’estompe tant et si bien qu’au XVIIe siècle, lors de la construction du grand séminaire, les pierres du théâtre, sorties de terre, ne sont pas identifiées…

 

 

L’un des plus vastes de Gaule

Depuis 1928, le site du théâtre romain, protégé au titre des monuments historiques depuis 1875, est propriété de la Ville de Soissons. Sa situation à l’intérieur du parc du lycée Camille Claudel en a permis à la fois son oubli et sa sauvegarde. 

De quoi susciter l’intérêt de scientifiques du CNRS, également de passionnés locaux qui se sont réunis en association. Les investigations en cours confirment que le théâtre antique de Soissons était effectivement l’un des plus vastes de la Gaule. Les spécialistes établissent des parallèles avec le théâtre d’Aspendos en Turquie. La maquette présentée au public, réalisée dans le cadre du budget participatif 2021 en donne une évocation remarquable.

 

 

Anima theatri

Créée le en mars 2013, l’association Anima Theatri a pour volonté de redonner de la visibilité au théâtre antique de Soissons.

L’association souhaite favoriser la connaissance du site par le biais de visites guidées et de toutes formes d’actions et d’animations en lien avec le théâtre romain et le passé antique d’Augusta Suessionum. 

Courriel : anima.theatri@hotmail.fr

 

 

Informations annexes au site