Atoll - Équipement polyvalent quartier gare

Comme elle s’y était engagée, la municipalité va lancer la construction d’un équipement polyvalent sur la place de Finfe.
Le projet a été imaginé pour permettre la restauration scolaire des enfants du quartier répondant ainsi à une véritable attente des
parents d’élèves. Il sera un lieu de vie pour les associations et habitants, accessible à tous, pour y permettre des activités ludiques, culturelles et sportives. Il s’inscrit aussi comme le premier équipement municipal du quartier à vocation sociale. Le futur
bâtiment, d’une superficie de près de 840m2 en forme d’atoll, ouvrira ses portes en septembre 2020.

La ville de Soissons ambitionne la création d’un équipement polyvalent dans le quartier de la gare.

La place de Finfe, socle du futur équipement présente des qualités patrimoniales et esthétiques de haute qualité. La place, parvis de l’église Saint Eugénie, est traitée avec soin et donne une dimension de détente et loisirs. Cette place sert également de parvis aux écoles qui composent les façades de la place

La 4e façade de la place de Finfe.

L’actuelle salle polyvalente, 4ème façade urbaine de la place contraste avec l’environnement et ne présente pas de grande qualité architecturale.

Le projet n’entend pas conserver l’existant, très contraignant à réhabiliter et à rendre accessible.

L’équipement projeté prend le parti de réaffirmer la justesse des proportions et l’Ordre de la place de Finfe.

La façade principale est réaxée sur l’église, permettant par la même occasion, la création de 2 accès clairs et identifiés de part et d’autre.

Les conditions de l’écrin protecteur et sécurisé.

La façade principale, nouvelle entité dans le linéaire historique impulse la logique d’accessibilité et de desserte.

Les flux sont séparés, il n’existe pas de conflits d’usage.

Une fois dans le coeur du site, la nécessité de valoriser un espace extérieur le plus généreux et fédérateur possible a induit l’organisation périphérique.

A la manière d’un atoll, la croûte du site est bâtie recevant les programmes, tous tournés vers une vaste cour centrale de 500 m².

Cet espace devient le coeur vivant du projet, l’espace servant des fonctions, et l’écrin calme, préservé, sécurisé et ludique du site. Aménités sportives pourront trouver place (but de foot, petit parterre, jardin potager, mur d’escalade...)

Par ailleurs, l’atoll  est ponctué de petits patios qui apportent dilatation dans les espaces et lumière naturelle dans chaque pièce.

Une coursive périphérique, véritable pièce de rencontre et de déambulation est pensée comme un espace ouvert, de liaison, lumineux, appropriable par les associations, les scolaires. Elle permet de desservir chaque entité, tout en permettant le contrôle des flux internes. On y retrouve les alcôves pour les casiers, les rangements, les bancs pour se changer avant l’accès aux salles d’activité.

La spatialisation du programme se veut fluide et claire dans son organisation.

Depuis la rue Mahieu, il y a deux entrées distinctes, une pour le personnel de maintenance et une entrée pour le public (enfants, scolaires, associations …)

Un équipement bicéphale.

Le nouvel équipement du quartier tend à réaffirmer la structure d’une place apaisée. La façade principale, visible depuis le domaine public, doit s’inscrire pleinement dans la composition urbaine.

Le choix de la matérialité propose 2 registres :

  • la vocation d’un équipement, signal depuis le domaine public, mais inscrit dans l’identité et le patrimoine d’un quartier.
  • un projet tourné vers les enfants, plus intimiste, plus chaud, largement ouvert et transparent.

La façade principale sur la rue Mahieu s’insère singulièrement dans le linéaire urbain de pierre calcaire par le jeu du bardage métallique aléatoire.

La façade devient une enveloppe protectrice et sécurisée, tout en s’affichant comme un bâtiment signal dans le contexte historique.

A l’inverse, une fois dans le coeur de l’Atoll, le projet se veut volontairement très ouvert, aéré lumineux, coloré, ludique en écho à l’univers des activités sportives, péri-scolaires des jeunes usagers.

Ainsi, la façade sur rue propose de réinterpréter les traceurs identitaires de la ville blanche : la pierre calcaire.

Sur la façade de la place, le projet décline un bardage métallique dans la gamme chromatique des blancs et suivant un rythme alterné afin de retrouver la vibration des façades existantes.

Le jeu de lamelles permet également de préserver l’intimité des jeunes usagers et d’intégrer les portails, accès techniques, transformateur électrique.

Des corps sains dans un lieu sain

L’ensemble du gros oeuvre est traité en maçonnerie de parpaings. Ce matériau offre des qualités de robustesse et d’économie de construction.

Il sera laissé apparent et peint dans les pièces techniques et ponctuellement dans les salles d’activité.

Les murs seront maçonnés avec soin.

Le restaurant scolaire est lui, composé de voiles de béton lasuré. Quelques prises d’escalade sont posés sur le mur dans l’idée de lui conférer usage et animation ludique.

La charpente bois vient coiffer l’ensemble du projet.

Un réseau de poutres lamellé-collées organise la structure primaire. Elle se déploie de manière concentrique autour de la cour de récréation.

Elle est apparente, offrant la chaleur du matériau et l’affaiblissement acoustique. Elle anime la périphérie du bâtiment, la circulation et retombe dans le rythme du mur rideau. La sous-face, au même titre que les parois des salles d’activités, est traitée en panneau bois bouleau de 10mm. Bois clair et lisse.

La couverture est un origami d’acier qui unifie l’ensemble des programmes. Les facettes en triangle viennent en contraste puissant avec la gamme chromatique des façades, souhaitée blanche.

L’atoll est couronné par un matériau unique qui ceinture le lieu.

Il est perforé de patios comme autant de ponctualités vertes qui entrecoupent le succession des programmes et apportent de la lumière naturelle dans les salles d’activité.

Le projet entrevoit une réelle démarche de circularité des matériaux : le mur d’entrée est partiellement démonté et arasé afin d’ouvrir l’équipement sur la place et de lui conférer une véritable séquence d’entrée.

La grille existante est démontée, sablée et reposée. Dans un principe de recyclage, les moellons de pierres calcaires sont remaçonnés le long des murs d’enceinte qui restent apparents.

Informations annexes au site