Liaisons dangereuses

Dans le couple originel formé par Adam et Ève selon les religions judéo-chrétienne, la femme est responsable du péché. Elle séduit l’homme par sa sensualité et l’entraîne vers le malheur puisque le couple est expulsé du paradis. Cette malédiction fondatrice entraîne, pour longtemps un déséquilibre entre les sexes : la femme est la cause des maux de l’humanité. Péché originel et péché de chair sont aussi confondus. Tentatrice et séductrice, la femme est assimilée à une créature malfaisante qui use de ses charmes pour parvenir à ses fins.

Les histoires d'amour qui accusent la femme de la perte de leur partenaire sont nombreuses. Ainsi le personnage biblique de Judith est transposé en maîtresse castratrice et fantasmée. Elle entraîne Holopherne sur les chemins du plaisir afin de l'assassiner. Son stratagème fait d'elle une femme fatale victorieuse.

A l'opposé, Galswinthe, l'épouse éphémère du roi mérovingien Chilpéric est victime de la jalousie de sa maîtresse. Elle meurt étranglée l'année même de son mariage. Ce meurtre est lourd de conséquences puisqu'il conduit à une longue suite de conflits qui affaiblissent le pouvoir royal.

Les représentations érotisent la violence de ces actes meurtriers et laissent voir les corps dénudés des séductrices.

 

Ces œuvres illustrent le thème mais ne sont pas exposées. Certaines sont fragiles et nécessitent des conditions d’exposition particulières. D’autres ne peuvent être exposées en raison de leur état de conservation et nécessitent une restauration.

Histoire de Pyrame et Thisbé

Maxime LAURENDEAU Soissons, 1833 Crayon et plume sur papier Inv. 2006.0.17. Don 1833, musée de Soissons

Les derniers moments de Chlodobert au tombeau de Saint Médard

Albert MAIGNAN (dessin), Lionel LE COUTEUR (gravure) France, 1880 Estampe, encre noire sur papier N°inv.2001.11.9. Fonds ancien, musée de Soissons

Informations annexes au site