Amour maternel

L’amour de l’enfant était une affaire de femme dans le passé. Les enfants en bas âge sont représentés dans les bras de leur mère chargée de les nourrir et de les protéger. Sous cette forme, la maternité est une figure rassurante, symbole de fécondité et d’harmonie.

Dans plusieurs cultes anciens, la figure de la femme revêt une dimension sacrée. Elle serait une forme vénérée de la Terre, source de vie et de prospérité. En Gaule romaine,les statuettes en terre cuite des déesses mères sont des objets de piété bon marché. Elles sont destinées aux dieux,mais peuvent aussi accompagner le défunt dans la tombe.Elles montrent des femmes allaitant leurs enfants.

Par la forme, les sculptures de la Vierge à l'Enfants'apparentent à certaines déesses mères de l'Antiquité.Elles prouvent l'importance de la figure maternelle à travers les âges.

Le christianisme proclame Marie, mère de Dieu. Exempte du péché originel et vierge, Marie est un modèle féminin idéal incarnant la chasteté. La religion valorise la femme dans le cercle familial comme épouse et comme mère. Mais les plaisirs charnels sont considérés comme des péchés.Seul l'acte sexuel pour procréer est toléré. Avec son fils Jésus, Marie symbolise l'amour maternel qui unie une mère à son enfant.

 

Ces œuvres illustrent le thème mais ne sont pas exposées. Certaines sont fragiles et nécessitent des conditions d’exposition particulières. D’autres ne peuvent être exposées en raison de leur état de conservation et nécessitent une restauration.

Le Repos pendant la fuite en Égypte

 

ANONYME, d'après Michele DESUBLEO, Maubeuge, 1602 - Parme, 1676, Le Repos pendant la fuite en Égypte, après 1640, huile sur toile, Dépôt de l'État en 1863, transfert de propriété de l'État à la Ville de Soissons, 2008. inv. 93.7.2662, musée de Soissons

La toile conservée au musée de Soissons constitue un témoignage exceptionnel du succès artistique des créations de Desubleo. Célèbre pendant sa vie, promptement oublié après sa mort, Michele Desubleo (1602-1676) compte parmi les peintres les plus talentueux de son époque. Justement fidèle à la composition du maître, notre tableau livre une touchante scène. Fuyant la persécution d'Hérode, la Sainte Famille a trouvé repos au pied d'un arbre pendant sa fuite de Bethléem en Egypte. Saint Joseph pose le regard sur La Vierge et l'Enfant Jésus et pointe le chemin qu'il reste à parcourir.

 

Vierge à l’Enfant

Bois Inv. 95.10.1. Don 1995, musée de Soissons

Bois polychrome Inv. 93.56.5. Fonds ancien, musée de Soissons

Pyrrhus enfant présenté à Glaucias

Nicolas-René JOLLAIN France, 1775 Huile sur toile Inv. 92.1.1. Achat 1992, musée de Soissons

Pyrrhus enfant échappant à ses poursuivants

Nicolas-René JOLLAIN France, 1775 Huile sur toile Inv. 92.1.2. Achat, 1992 musée de Soissons

Le Temple

Madeleine CARPENTIER France, 1911 Huile sur toile Inv. 93.7.2747. Don 1934, musée de Soissons

Le massacre des Innocents ou Hommage à Tintoret

Yves DOARE France, 1998 Acrylique sur toile Inv. 2012.2.1. Achat, 2012 musée de Soissons

Yves DOARE France, 1994 Linogravure Inv. 99.11.28. Don 1999, musée de Soissons

Grande Soeur

Marius BARTHALOT France, fin 19e siècle - début 20e siècle Pastel et huile sur carton Inv. 93.7.2510. Don 1903, musée de Soissons

 

Adoration des mages

FRANCKEN Frans II ; FRANCKEN le jeune (dit) Anvers, vers 1620 Huile sur bois N°inv.93.7.2701. Don 1864, musée de Soissons

Informations annexes au site