EXPOSITION, Culture

Un juste reflet de ce monde de fous, une exposition qui remet Soissons au centre de la création contemporaine

Entre les musées de Soissons et le Frac Picardie, c’est déjà une longue histoire qui a débuté en 1996. Il faut dire que l’Arsenal, ses immenses volumes, ses lumières, est un lieu muséal pas comme les autres et rare dans la région. L’exposition qui vient de débuter et à découvrir jusqu’au 25 septembre prochain constitue, elle aussi, un moment pas comme les autres.

Mis en ligne le

Exposition singulière, elle est d’abord une histoire de dialogue puisqu’elle se déroule conjointement à l’Arsenal et au Frac Picardie à Amiens.

 

L’art comme réaction


Si, en effet, il y a eu en 1996 la rencontre entre le Frac et les musées de Soissons autour d’une volonté commune de promouvoir l’art contemporain, cette exposition existe aussi par la rencontre entre deux artistes qui font connaissance en 2016 et commencent à nourrir une belle complicité. Damien Deroubaix et Jan R. Faust vivent leur art comme une réaction, un réflexe fort face à la violence de notre société. Les deux artistes réagissent et déclenchent leur processus créatif par le biais du dessin et du frottage pour Damien Deroubaix ou du collage pour Jan R. Faust.

 

Ce sont des intuitifs qui ont envie de faire se rencontrer, faire se confronter leurs œuvres avec la révélation que leur travail trouve à l’Arsenal l’ampleur de volumes dont ils ont besoin. 

 

Lumières douces


Les œuvres s’appréhendent avec recul puis nécessitent un tête-à-tête intimiste. Le point de départ a été pour Damien Deroubaix l’accrochage de son Guernica, immense et torturé comme celui de Picasso. Les lumières douces de l’Arsenal tempèrent les regards puis l’accrochage est devenu une évidence oscillant avec force dans des teintes vives et de timides esquisses à la pointe graphite.  

 

L’art contemporain, dans sa non évidence, incite au questionnement. C’est une voie portée avec qualité et constance par les musées de Soissons. Il y aura encore d’autres interrogations. La prochaine sera consacrée à partir du 22 octobre au religieux à l’ère numérique.