SENIORS, SANTÉ

Mars Bleu, le mois de lutte contre le cancer colo-rectal

Le cancer colorectal se développe lentement, à l’intérieur du côlon ou du rectum, à partir de petites lésions appelées polypes.
Au cours de leur développement certains polypes peuvent se transformer en cancer. Ce cancer évolue, tout d’abord, sans symptôme ni signe perceptible.

Mis en ligne le

CHIFFRES CLÉS

  • 2e cancer le plus meurtrier
  • 45 000 nouveau cas diagnostiqués par an
  • 47% de femmes - 53% d'hommes
  • 18 000 décès par an
  • 1 personne sur 30 touchée par le cancer colorectal au cours de sa vie

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

Pour qui ?

Les femmes et les hommes de 50 à 74 ans, sans antécédents personnels ou familiaux de maladies touchant le côlon ou le rectum et sans symptômes.

95 % des cancers colorectaux se développent après 50 ans.

Pourquoi ?

Détecté à temps, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10.

Un polype peut aussi être repéré avant qu’il ne se transforme en cancer.

Des traitements moins lourds et des potentielles séquelles moins importantes.

  • 90% de chances de survie lorsque le cancer est limité à la surface interne du côlon et du rectum.
  • 70% de chances de survie lorsque le cancer a atteint les ganglions proches de la tumeur.
  • 13% de chances de survie lorsque le cancer s’est propagé à d’autres organes.

Le dépistage permet de réduire la mortalité et, par la détection des lésions cancéreuses, le nombre de cancers colorectaux.

Quand ?

Tous les 2 ans de 50 à 74 ans.

Comment ?

Après analyse de votre situation : 

  1. Votre médecin vous remet le test
  2. Faites le rapidement chez vous
  3. Envoyez le au laboratoire qui vous transmettra les résultats
  • 95.5% de tests négatifs= un test à refaire dans 2 ans
  • 4.5% de tests positifs = cela ne signifie pas que vous avez un cancer, mais que du sang a été détecté dans les selles. Une coloscopie permettra d’en identifier l’origine.

FACTEURS DE RISQUE ET SYMPTÔMES

> FACTEURS DE RISQUE

  • L’âge: 95 % des cancers colorectaux apparaissent après 50 ans.

Les antécédents personnels ou familiaux de maladies touchant le côlon ou le rectum.

Les habitudes de vie : 

  • une alimentation trop calorique
  • une consommation importante de viande rouge
  • une alimentation riche en graisses animales
  • la consommation d'alcool
  • la consommation de tabac
  • l’inactivité physique et le surpoids

> SYMPTÔMES À SURVEILLER

  • Douleurs abdominales ou troubles digestifs inhabituels et persistants.
  • Présence de sang dans les selles.

Ces symptômes ne signifient pas qu’il y a un cancer mais nécessitent de consulter votre médecin pour en identifier l’origine.

LES TRAITEMENTS DU CANCER COLORECTAL

La chirurgie est le traitement principal du cancer colorectal. La partie atteinte par la tumeur et les ganglions correspondant sont enlevés. 

En fonction de la localisation et de l’étendue de la tumeur :

  • une partie plus ou moins grande du côlon ou du rectum est retirée ;
  • une chimiothérapie et/ou une radiothérapie peuvent compléter la chirurgie.

Plus le cancer est détecté à un stade précoce, moins les traitements et les potentielles séquelles seront lourds.

Télécharger le document sur le cancer colorectal

Dépistage du cancer colorectal : qui ? Quand ? Comment ?