Actus histoire

Les églises Saint-Remi de Sermoise

Comme de nombreuses églises du Soissonnais, celle de Sermoise ne résiste pas aux combats de la Première Guerre mondiale.

Mis en ligne le

L’église Saint-Remi[1]des XIIe et XIIIe siècles, bâtie dans un style roman et gothique, avait reçu des modifications aux XVe et XVIe siècles. Des réparations y avaient été effectuées au XIXe siècle.

Elle avait la particularité de contenir une plaque funéraire classée MH[2] au titre d’objet en 1912. Incrustée dans l’un des piliers de la façade d’entrée, celle dernière était dédiée à Jean Toupet et Clémence Mittelette décédés en 1548, représentés aux côtés du Christ avec leurs enfants agenouillés. Cette plaque fut également détruite en 1918.

 

A la Reconstruction, l’église renaît sous une tout autre forme, profitant des nouvelles techniques et matériaux, mais aussi en dépendant des moyens et des besoins de l’époque.

C’est en 1925 que s’achève la construction de la nouvelle église, sous la direction des architectes Robert Chaleil[3] et Henri Conus. 

 

Construite en pierre et couverte d’ardoises comme la précédente, elle présente désormais un style néo-gothique. De l’ancienne église subsiste un parement qui a fonction aujourd’hui de monument aux morts.

Le bâtiment s’articule en une nef à 2 bas-côtés, un transept, un chœur à abside polygonale. La tour-porche abrite une horloge et des cloches[4] ; une tourelle contenant un escalier en vis. 

 

L’édifice a fait l’objet d’une enquête du Service de l’inventaire du patrimoine culturel en 2002. Les travaux menés ces dernières années ont permis de conserver l’église hors d’eau et de restaurer les vitraux. Quant à l’horloge, datée de septembre 1925, dont la remontée se faisait encore manuellement récemment, son mécanisme a été modernisé. 

 

A découvrir : 

-        le porche d’entrée : en baissant les yeux au sol, vous remarquerez le S et le R entrelacés (Saint-Remi) ; 

-        l’escalier en vis, rappelant les escaliers du XVIe siècle, nous emmenant vers le mécanisme de l’horloge et les cloches ;

-        les vitraux signés par les peintres-verriers L. Barillet, J.Le Chevalier, T.Hanssen.

 

Sources : 

Archives départementales de l’Aisne

Archives municipales de Soissons, Fonds Bernard Ancien

Base Mérimée

Mairie de Sermoise

 

Images :

© Gallica (1910 et 1919) ; ccaron (septembre 2021)


[1] Evêque de Reims Ve et VIe siècles, il a notamment baptisé Clovis, roi des Francs.

[2] Monuments Historiques.

[3] Architecte des monuments historiques et de la coopérative diocésaine de reconstruction des églises.

[4] Fabriquées par le même fondeur des cloches de la cathédrale de Soissons.