ENVIRONNEMENT, CHEVREUX

Chevreux : quand la forêt s’invite en ville

Entre la rue de Chevreux et l’avenue Raymonde-Fiolet, en quelques semaines une forêt a poussé. Un miracle ? Plutôt le résultat d’une volonté municipale, celle porter la nature en ville partout où cela est possible.

Mis en ligne le

Une biodiversité accrue, un effet climatiseur naturel de l’arbre d’autant plus important en milieu urbain souvent minéralisé, un petit poumon vert favorisant la gestion des eaux de ruissellement, la restauration des sols dégradés… Autant de bienfaits dont la nature, et nous-même, pouvons bénéficier… Comment ? En plantant des arbres !

Potentiel écologique

Ainsi, entre la route de Chevreux et l’avenue Raymonde-Fiolet, également la Crise pour corridor écologique, ce sont 2000 m2 qui ont été identifiés pour laisser place à une forêt péri-urbaine.

Le choix du site a été dicté par plusieurs constats : un sol pollué mais possédant pourtant un potentiel écologique réel, la proximité de la Crise, une zone protégée par une clôture et une haie et visible à la fois des automobilistes, des cyclistes et des piétons.

Concrètement une forêt urbaine, c’est quoi ? Une végétation se caractérisant par sa diversité et qui se répartit sur plusieurs étages, associant strate arbustive, herbacée, arborée.

Essences locales

Préparation du sol en surface, fertilisation par la mise en œuvre d’engrais organique, la plantation, 3000 arbres et 2000 arbustes, effectuée par les agents municipaux du Service Cadre de vie, privilégie des essences locales. La méthode du botaniste nippon Akira Miyawaki a été suivie : une plantation dense, 3 plants par mètre carré, créant une concurrence des végétaux entre eux pour se partager la lumière ce qui permet d’obtenir une croissance d’un mètre par an. Le geste est donc rapidement spectaculaire.

L’autonomie est atteinte au bout de la troisième année avec la reconquête d’un espace retrouvant rapidement une réelle valeur écologique, pouvant aussi inciter à la promenade et au ressourcement. Un premier acte qui se poursuivra dans les années à venir le long de la voie Rochy-Condé notamment.