Cadre de Vie, ENVIRONNEMENT, TRAVAUX, Notre Ville

Aménagement des berges de l’Aisne : la Crise désenclavée pour être “renaturée”

Axe structurant offrant un cadre privilégié pour les mobilités douces et les activités de loisirs, la rivière Aisne est considérée comme un atout d’importance pour la redynamisation de la ville.

Mis en ligne le

A ce titre, la municipalité porte un projet ambitieux de reconquête des berges de l’Aisne, opération inscrite dans le programme global de restructuration du Cœur de Ville.

En plus de renforcer l’attractivité du territoire, les aménagements ont pour conséquence de valoriser le potentiel naturel de l’Aisne et de ses berges et de revitaliser les espaces proches de la rivière et de son affluent.

Un triple constat

C’est ainsi qu’un constat a été dressé sur l’espace encadrant de la Crise, qui vient se jeter dans l’Aisne au droit du square des Bouches du Rhône. 

Celui-ci révèle trois points majeurs : 

 

  • La zone de confluence Aisne / Crise disposait d’une végétation dense qui empêchait toute visibilité du site et apportait beaucoup trop d’ombre, impactant négativement l’équilibre du cours d’eau et des berges;
  • Les berges de la rivière Crise et le square des Bouches du Rhône étaient colonisés par une plante invasive (Renouée du Japon) et des arbres (Robinier faux-acacia et Érable sycomore) qui ne sont pas originaires d’Europe, perturbant la flore naturelle qui doit retrouver toute sa place à cet endroit. 
  • Les peupliers présents étaient trop proches des berges. Un retrait plus important est nécessaire pour limiter l’accumulation des feuilles de peupliers qui se décomposent mal et qui, lorsqu’elles forment des amas dans les cours d’eau, privent d’une partie de l’oxygène la faune aquatique.
Un projet de renaturation

Dès lors, le plan d’action de la ville consiste à apporter visibilité et luminosité du site, à créer des pentes douces pour mettre en valeur la rivière et à supprimer les espèces invasives sur plus de 1000 m² de surface.

Cela permettra de renaturer le site et favoriser l’installation d’une biodiversité locale dans ce milieu naturel.

Afin de pérenniser l’équilibre des berges, une végétation basse, spécifique de ce type de milieu, sera plantée. En outre, 41 arbres seront positionnés sur l’emprise de l’ancien square des bouches du Rhône avec des essences locales (saules, aulnes, peupliers trembles). 

 

Vue de la Crise avant les travaux depuis la passerelle côté berges de l’Aisne. Nous apercevons la renouée du Japon qui “étouffe” la rivière. 

 

Vue de la Crise après les travaux : l’espace est désenclavé.

 

 

> Pour en savoir plus sur le projet RIVE GAUCHE