MUSEE

Actualités de nos collections

Un don de l’association des Amis des musées de Soissons : L’Abbé de Saint-Léger de retour à Soissons

Mis en ligne le

L’Abbé de Saint-Léger

Barthélémy Mercier, figure éminente de lettrés au service de l’Etat, fut nommé abbé de Saint-Léger en 1764. Cette charge, qui lui fut conférée par le roi Louis XV « en récompense des services qu'il avoit rendus aux lettres » (Chardon de La Rochette, Notice sur la vie et les écrits de Mercier Saint-Léger, 1798, p. 8), nous en dit long sur le profil et le milieu dans lequel évoluait cet érudit.

Portraituré par l’un des meilleurs représentants du genre – Guillaume Voiriot, auteur de nombreux portraits d’hommes de lettres – le célèbre « Abbé de Saint-Léger » (son surnom) est ici décrit dans son habit modeste, rehaussé d’une croix. Le regard aiguisé et les traits fins corroborent son caractère et sa position.

Auteur de nombreux ouvrages exégétiques, de sommes littéraires et pléthores d’articles au sein du Magasin encyclopédique ou de l’Année littéraire, ce natif de Lyon eut la charge insigne de Bibliothécaire de Sainte-Geneviève à la suite de Pingré. Professeur de rhétorique au sein de la congrégation des chanoines réguliers de Sainte-Geneviève (où il entra en 1749), il s’illustra à l’étranger au gré de séjours effectués en Hollande, « où il fut accueilli avec beaucoup d’empressement par Meermen, Crevena, etc. » (Michaud (dir.), Biographie universelle ancienne et moderne (…), 1843, vol. 28, p. 10).

Une estampe en compensation

Ce portrait de Mercier de Saint-Léger vient enrichir le fonds d’arts graphiques consacré aux figures majeures de l’histoire soissonnaise conservé au musée Saint-Léger. Son entrée permet surtout de compenser la perte (au regard de son terrible état de conservation) d’un exemplaire pratiquement ruiné (inv. 93.7.165). Gageons que cette œuvre, caractérisée par quelques piqures et taches dans la marge et un bel état de conservation général, nous permettra d’évoquer le passé prestigieux de l’ancienne abbaye Saint-Léger, fondée au XIe siècle, siège du musée d’art et d’histoire depuis 1933.