HISTOIRE, PATRIMOINE

12 mars 1988, signature de la convention Ville d’art et d’histoire

Avant Soissons, il y a eu la signature de celle concernant la ville de Tours, juste après celle de Nevers.
Ce jour-là, il y a du monde dans les salons de l’hôtel de ville. Des amoureux du patrimoine de leur ville, des personnalités du ministère de la Culture. On remarque notamment la présence de Dominique Léger. Il est alors président de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Mis en ligne le

En ce 12 mars 1988, en signant la toute première convention Ville d’art et d’histoire de Picardie, Bernard Lefranc, alors député-maire de Soissons, acte la volonté de la ville de valoriser, faire connaître et concevoir des outils de médiation de son patrimoine architectural à destination tant des habitants que des visiteurs.  

Soissons devient alors la 23e ville de France à bénéficier du label Ville d’art et d’histoire, un réseau accueillant aujourd’hui 202 villes et pays.

Visites guidées, ateliers, expositions, animations pour petits et grands… Le Service de l’Architecture et du Patrimoine de la Ville de Soissons fait désormais partie intégrante du paysage culturel de notre ville. Les outils ont évolué, le numérique a fait son apparition. L’envie et l’objectif restent les mêmes : raconter l’histoire de Soissons, faire apprécier son architecture et ses bâtiments, faire de chaque petit Soissonnais un ambassadeur enthousiaste de la cité du Vase. Toutes ces actions depuis 1988 se traduisent aussi par un engagement fort de la ville dans la valorisation de nos édifices. Rappelons que ce sont plus de 5 millions d’euros qui vont être engagés dans la restauration du massif occidental de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes, également 120 000 euros sur 2022-2023 pour valoriser l’abbaye Saint-Médard. Entretenir notre patrimoine, l’animer, c’est renforcer l’image de Soissons et son attractivité.